« En quoi la notion de stratégie implique-t-elle l'approche unique ? | Accueil | Pourquoi je ne vais pas pratiquer le "black-out" de mon blog ? »

09/03/2009

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c510b53ef01127942aed028a4

Voici les sites qui parlent de Questions existentielles autour du piratage d'oeuvres musicales :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Antonin

En tous les cas, c'est un point de vu internetiquement correcte. Je suis presque certains que tu seras félicité avec tes lecteurs.

Tiens, je te félicite pour ta prise de position que j'attendais avec impatience. (Je pars mettre à jour mes billets... Je n'attend plus que la prise de position de F.B qui commence à se faire attendre !)

Mox Folder

Ah mais ils ont commencé à nous foutre des protections anti-copie (mesure inutile et de surcroît et contre-productive), puis ils nous ont foutus des DRM (inutile et contre-productif bis), alors maintenant ils veulent attaquer l'internaute et le consommateur à la source : tous coupable. Ils vont tiré la corde jusqu'au !

Quand en finira t-on avec ce lobbying éhonté ? Vous avez remarqué qu'on ne parle plus de piratage, mais de piraterie ? Je serai coupable d'acte de piraterie en téléchargement sur Internet ? Restons sérieux... Je suis vraiment curieux de savoir d'où ce terme "piraterie" est sorti en premier.

BeeNny

d'ailleurs, la musique est apparue au XVème siècle... l'église était tout d'abord contre, puis s'est rendue compte qu'elle pouvait s'en servir et interdisait alors les musiques non religieuse. C'est pour cela, (mais aussi pour sa très grande croyance que bach a dévolu son oeuvre à la musique religieuse).
Puis il y'a eu Mozart, beethoven, chopin. Au XVIII, XIX... il n'y avait pas de support. L'artiste était rémunéré par des mécènes, par les concerts ou ensuite grace à la vente de partition de ses oeuvres.

Puis il y'a eu le phonographe, le vinyl, la K7, le cd et maintenant le mp3.

Et maintenant, monsieur Pascal Negre (qui en passant, n'est finalement qu'un VRP de la musique, il n'a aucun talent musical reconnu) vient nous dire que si on ne lui donne pas d'argent, la musique va mourir...

Un bonne lecture pour monsieur pascal negre: L'histoire de la musique, disponible en poche, chez pocket (entre 6-9€ chez tout bon libraire).

Une autre question au passage... à l'oeuvre de l'informatique, tout musicien peut se créer un home studio, enregistrer en bonne qualité, diffuser lui-même ses titres. Pourquoi la plupart des cd d'artistes indépendant, parfois vendu à la sortie des concert, le sont à moins de 10€ et pourquoi ceux de johnny et ses amis se vendent à 20€.
N'y a t-il pas un problème de ce coté là, plutôt que de celui des téléchargements.

Emmanuel

Bonsoir,

je me pose actuellement une question :
Au delà des problèmes de "piraterie" et de survie de la musique, j'ai observé, moi qui ai connu Internet à ses débuts ce que je qualifie d'effet "richesse" chez les jeunes.
Je m'explique : Aujourdh'ui, un jeune de 12/18 ans, qui n'a pas beaucoup d'argent en général, peut grâce au téléchargement accéder à la musique, la video ect... et donc à la Culture en général. Loin de moi l'idée de dire que cela est bien : je suis moi même victime du piratage (je travail dans le jeux video) je sais de quoi je parle. Mais, et c'est là ma question : Si demain, ces millions de jeunes découvrent que la moindre musique, le moindre film devra être payé, que penseront ils?
Même si tout le monde ne télécharge pas, le fait de "pouvoir le faire" est une "richesse". Si demain Culture rime avec "argent" ça me semble un mauvais signal et encore plus en période de crise!

Qu'en pensez-vous?

cocobe

Sacré Christophe,

je me demande à chaque fois que je te lis comment tu fais pour garder l'équilibre.

Dans ce genre de débat, tu dois sans cesse concilier la part du chef d'entreprise qui défend la création et l'emploi et le libertaire qui sommeille au fond de toi.

La question que tu poses est, si j'ai bien compris, bassement financière. Payer un CD, il m'arrive encore d'en acheter des Bee Gees enregistré il y a 20 ans ou plus, 20€ alors qu'il a été vendu par dizaines de millions d'exemplaires, c'est du foutage de gueule. Payer un titre des mêmes Bee Gees en téléchargement 0,99€ soit 6,57F d'avant 2000, c'est de la quasi escroquerie dont la plus grosse part revient à l'éditeur musical.

Néanmoins, il faut permettre aux artistes ou aux créateurs de toute oeuvre de vivre décemment. on pourrait parler des droits d'auteur d'un écrivain,7 à 8% du prix HT du livre... quand il se vend!

Pourquoi ne pas baisser le prix des téléchargements qui se pratiquent sur une telle échelle que bientôt ils dépasseront, si ce n'est déjà le cas, tout autre support, à un niveau raisonnable?

Que telle ou telle vedette gagne sa vie, c'est bien normal, mais ne serait-il pas temps de mettre le nez dans les chaines de distribution, les honoraires des agents, les conseillers de toute nature.

Essayons de créer un commerce intellectuel équitable qui favorise la création. Mais après tout, Gauguin dessinait sur une nappe pour payer son repas!

Christine

C'est pas politiquement correct mais c'est vrai.

jarodd

Bon billet, mais le fait de télécharger illégalement est encore associé à du "vol", or il n'y a de privation matérielle comme si on pique le cd à la Fnac : ici il s'agit de contrefaçon, on duplique l'oeuvre et on la redistribue sans en avoir le(s) droit(s).

Le pire de cette loi débile sont les effets collatéraux : on en profite pour suspendre tout un foyer parce qu'on a copié le dernier Lorie, on veut filtrer les bornes wi-fi publiques, on est coupables sans avoir été jugés par une autorité compétente en droit, on nous impose un spyware gouvernemental pour seule défense, on veut surréférencer les sites des plateformes des amis du pouvoir (filtrage des résultats de recherche),... Et on parle encore de débat démocratique alors que les décrêts d'application ont déjà été rédigés, et que l'appel d'offre a déjà été rédigé...

Tout cela coûterait selon la Commission générale des technologies de l’information 70 millions d'euros par an...

Antipiratage : le projet de loi Création et Internet, c’est quoi ? http://www.pcinpact.com/actu/news/49486-creation-internet-riposte-graduee-hadopi.htm

soph

La capacité du législateur à ignorer l'essence même d'internet, l'accès à la planète entière, est désopilante.

La loi Hadopi n'aura pas par exemple la peau de Gomusic.ru et ses albums à 1 USD, ni les sites de storage grande capacité basés en Chine ou en Russie.

Par ailleurs, les mômes ne craignent en rien la loi Hadopi. Au contraire, elles représentent un interdit de plus à transgresser ce qu'ils sauront faire rapidement et sans contrevenir au texte de la loi Hadopi "avancées" informatiques de contournement à venir oblige.

Faut-il être bête pour croire que les mômes vont aller désormais acheter des CDs à la Fnac. Les moins de 18 ans ignorent ce qu'est un CD et la Fnac. Mais ça, monsieur Nègre s'en tape, le nez qu'il est dans les chiffres de vente des derniers CD de Francis Cabrel (750000 unités !), Sardou, Voulzy et Halliday, ces artistes qui passent quelques semaines en studio tous les 6-8 ans...


tot ou tard

En désaccord complet avec la démagogie de ce billet.

Télécharger illégalement une oeuvre est un vol aussi banal que cela puisse paraître.

J'espère bien, Antonin, que FB ne tombera pas dans ce piège idéologique (que je sache même Robert Badinter a voté cette loi au Sénat mais peut-être est-ce une question de génération : moi même je suis sans doute trop vieille -35 ans- pour comprendre)

Quant à la coupure de l'accès au réseau, c'est du même ordre que les joueurs de casino interdits de jeu, un moyen comme un autre de guérir d'une addiction : voler les oeuvres et dépouiller les artistes et ceux qui els financent de tout espoir de produire de nouvelles oeuvres

Soutenons la création (c'est à dire les nouvelels oeuvres, celles qui démontrent la vitalité d'une culture) en payant les oeuvres déjà produites; le couplet, c'est trop cher prête à sourire venant d'internautes qui investissent de belles sommes dans leur équipement et abonnement web.

Christophe Ginisty

"Tot ou tard" -> J'ai condamné le vol dans mon billet, très clairement. Par contre, quand vous écrivez : "Soutenons la création (c'est à dire les nouvelels oeuvres, celles qui démontrent la vitalité d'une culture) en payant les oeuvres déjà produites; le couplet, c'est trop cher prête à sourire venant d'internautes qui investissent de belles sommes dans leur équipement et abonnement web.", vous vous plantez gravement car si tout le monde est d'accord pour payer pour les oeuvres, il y a des gens qui ne sont pas d'accord pour payer pour tous les industriels qui se sucrent au passage sur le dos de l'artiste.

C'est un débat qui me rappelle celui que les artistes plastiques ont avec les propriétaires de galerie qui, sans faire grand chose que d'avoir pignon sur rue pour certains, prennent près de 50% du prix de vente des oeuvres qu'ils exposent sans débourser le moindre centime.

Antonin

@tot ou tard

Votre message me laisse perplexe. Aussi bizarre que cela puisse paraître, tout ce qui est produit n'est pas forcément payant. Internet repose sur un système d'échange social tout à fait différent de celui qui s'applique dans le monde physique la plus part du temps.

Je vous engage à réfléchir sur la question et à lire des auteurs qui connaissent l'internet. Des nouveaux modèles sont en train de naître et Hadopi va les étouffer.

Vous restez recroquevillé sur un système de valeur qui ne correspond absolument pas à la société de réseau qui est en train de naître.

Nos sénateurs et parlementaires ne représentent plus qu'eux même et les lobbyes des industriels. L'industrie culturelle tue la création. Écoutez la radio pour en être convaincu. Baladez vous sur Myspace ou Jamendo et vous comprendrez de quoi les internautes parlent.

Avec internet les intermédiaires sautent et les grandes industries de la "création" (mais surtout de l'arnaque) n'ont plus que le rôle de sangsue. Tous les artistes ne le savent pas encore, mais ils n'ont plus besoin d'eux. Nous n'avons plus besoin de leur service. Ils résistent car ils ont été utile jadis et occupent des places proche du pouvoir... Mais demain ce ne sera plus eux ou alors ils auront muté.

Christophe Ginisty

Lire à ce sujet le propos très intéressant de Jacques Attali sur son blog :

"Absurde, parce que plus personne ne télécharge : on regarde ou écoute en streaming . Absurde parce que toute volonté de crypter est sans cesse contournée par des moyens de le dépasser. Absurde parce qu’on prétend interdire d’accès à internet toute une famille, qui en a besoin pour son travail, parce qu’un enfant utilise l’ordinateur familial pour écouter de la musique. Absurde parce que les vrais artistes n’ont rien à perdre à faire connaitre leurs œuvres, ce qui leur attirent de nouveaux spectateurs et les protègent, à terme, contre l’oubli.

Scandaleuse parce que cette loi ouvre la voie à une surveillance générale de tous les faits et gestes des internautes ; parce qu’elle protège les rentes de situation des entreprises de média, qui ne sont pas incitées à apporter des nouveaux services à leurs clients (les paroles des chansons, les œuvres d’artistes inconnus, des films en 3 D ou tant d’autres innovations qui s’annoncent ailleurs) et les privilèges des fournisseurs d’accès,( qui devraient, en finançant une licence globale, fournir la rémunération des droits d’auteurs, des interprètes, des maisons de disques inventives et des agents des artistes ) . Scandaleuse surtout parce que, pour une fois qu’on pouvait donner quelque chose gratuitement à la jeunesse, première victime de la crise, voilà qu’on préfère engraisser les majors de la musique et du cinéma, devenues aujourd’hui cyniquement, consciemment, les premiers parasites de la culture. Et en particulier, comment la gauche, dont la mission est de défendre la gratuité contre le marché, peut elle se prêter à une telle hypocrisie ?"

L'intégralité de l'article est ici : http://blogs.lexpress.fr/attali/2009/03/une-loi-scandaleuse-et-ridicul.php

tot ou tard

Antonin, vous vivez dans un monde totalement paranoïaque. (industries de la création = arnaque ?!!). La très grande majorités par exemple des "industries du cinéma" sont des PME extrêmement fragiles qui prennent de très gros risques financiers. Sortez un peu des forums Internet et rencontrez les créateurs. ce terme a de la valeur pour moi et n'est pas chargé de paranoîa anticapitaliste ou antiélitiste

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Mes coups de coeur



Blogs MoDem

A propos


  • Christophe

    Je tiens ce blog depuis le 16 novembre 2004. Je suis entrepreneur et chef d'entreprise. Je suis engagé politiquement aux côtés de François Bayrou et je suis conseiller municipal du Mouvement Démocrate à Issy-les-Moulineaux (92).

    Contact : E-mail

    Suivez mon travail d'élu au Conseil Municipal sur ce blog.

    Participez aux actions de l'association Internet sans Frontières que je préside et dont l'objectif est de promouvoir la liberté d'expression sur le web.



    Wikio - Top des blogs - Politique

    Technorati Profile
    View blog authority

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Soutien


    • vendredi.info

    Recherche

    Romans 2008

    • Dsc02761
      Photos prises lors du Festival de Romans de l'expression sur Internet, du 18 au 20 avril 2008

    Université du MEDEF 2007

    • Dsc01274
      Photos prises au cours de l'Université d'été du MEDEF, du 29 au 31 août 2007

    Harcourt

    • Dsc00392
      Photos prises le 21 octobre 2006 au cours d'une séance photo exceptionnelle au mythique Studio Harcourt